Les employés des travaux publics mis à pied

Catégories: 

par: 

Thomas Soulière

Les employés du service des travaux publiques de la municipalié de Pontiac ont été informé par écrit mercredi que à compter de 16h30 mardi prochain, ils seront mis à pied pour une période indéterminée.  Cette action vient plus tôt dans l'année que d'habitude et ne comprend habituellement pas tous les employés du service.  La geste inhabituel a été fait à la suite du départ du chef de division Michel Trudel, dont sa démission a été acceptée par le Conseil lors d'une réunion spéciale le 16 août.

Après le départ de M. Trudel, la municipalité a remplacé temporairement la position par une agence de placement, et a embauché Frank Forillio de Sherbrooke à prendre le relais jusqu'à ce qu'un candidat permanent pourrait être choisi. Peu de temps après, les problèmes de discipline - qui sévit dans le département depuis un certain temps - sont devenus plus marqués. La crainte que la qualité du travail n'ait pas atteint les normes appropriées dans certains cas, ainsi que les coûts liés pour refaire des travaux pas dûment completes, a vu le jour.

« Au cours des dernières semaines, il y a eu un travail qui a été fait de manière insatisfaisante, ainsi que des problèmes avec la discipline, » explique le directeur général adjoint et le directeur des communications Dominic Labrie à Pontiac2020.ca. « Il est devenu nécessaire de protéger l'argent dépensé par les contribuables, donc nous avons décréter un arrêt de travail et a informé les travailleurs cette semaine que nous allons utiliser le temps pour réorganiser le département et son encadrement. »

La municipalité engagera deux journaliers, afin d'assurer la continuité du service, et tous les employés mis à pied peuvent appliquer pour un de ces postes, mais pour certains, il se traduira par une rétrogradation. « Alors maintenant, il est une question de combien de temps [la mise à pied durera], » ajoute Labrie.  « Cela dépendra du temps qu'il faut [pour réorganiser]. »

Mais, environ 12 employés mis à pied sont maintenant au risque de ne pas être admissible aux prestations d'assurance-emploi en raison de la saison de travail raccourcie, et peuvent ne pas être en mesure de rattraper les heures perdues, même si la mise à pied est seulement courte durée.

La décision de mettre à pied tous les employés des travaux publics plus tôt a été prise par le directeur général Benedikt Kuhn après qu'il ait été observé récemment que la situation avait empiré au sein du service. Malgré paraître drastique, la municipalité estime que dans les circonstances actuelles, cette action était nécessaire.

« Nous pensons que, même si le travail peut sembler progresser, il est important d'assurer le travail est de qualité et nous obtenons la valeur de notre argent », a expliqué Labrie. « Si cela prend trop de temps ou nous avons à refaire le travail, nous sommes pas plus avancé. Ainsi, le maire a estimé que la qualité des services fournis aux citoyens devait être amélioré. Il a trouvé [que] au cours des dernières semaines [la situation] avait dégradé et il a proposé ce geste en raison d'un comportement inacceptable qui aurait pu être toléré dans le passé, mais maintenant est pas ».

« En fin de compte, c'est temporaire », ajoute Labrie. « Nous avons expliqué dans la lettre [aux employés des travaux publics] que nous allons prendre le temps de réorganiser et de nous assurer que nous avons une meilleure supervision des employés ... donc si [quelqu'un] est pas correctement supervisé ou les instructions ne sont pas claires, puis nous passerons à l'étape par étape, groupe par groupe, et nous allons leur montrer comment faire le travail. Il est pas censé [blessés] les employés, mais il est un message clair - mais nous ne sommes pas les laisser partir. Nous allons leur offrir la formation nécessaire pour leur permettre d'accomplir au niveau attendu d'eux par le conseil et par les citoyens »

Selon la municipalité, les commentaires des résidents avait soulevé quelques drapeaux rouges concernant l'efficacité des travaux publics. « Je pense que la population a eu l'impression depuis un certain temps que nos services ne sont pas aux normes, » observe Labrie.

« Il [ne sera pas une situation où il n'y a] personne travaillant à Travaux publics pendant six mois; nous aurons embaucher les gens dont nous avons besoin lorsque cela est nécessaire. Par exemple, les gens ont achetée des bacs [pour les déchets] et nous devons les livrer, donc nous allons avoir des gens pour faire en sorte que se fait. »

Nos autres nouvelles / Our other News

Perfect waste management

Catégories: 

par: 

Sheila McCrindle

There is an old saying among environmentalist “Don’t let the perfect be the enemy of the good.”  This applies whenever solutions to environmental problems are being devised. Especially solutions involving human behaviour.  It means that just because a solution is not perfect does not mean it is not good.  Dealing with household organic waste is just such an example.

Free art classes: meet the teachers part 3

Catégories: 

par: 

Kate Aley


Get Art teacher Tanya McCormick, wearing some of her unique copper jewelry

Believe it or not, all of us have a naturally creative streak and these free art classes, hosted by the Municipality of Pontiac, are the perfect opportunity to dig into it. Next in our roster of Get Art teachers is Tanya McCormick who will be teaching on Saturday, October 27th at the Luskville Community Centre.

Free art classes: meet the teachers part 2

Catégories: 

par: 

Kate Aley

Get Art, the travelling art school based in the Pontiac, is fortunate to be able to offer all-ages classes again this year. Thanks to funding from the Municipality of Pontiac, the four classes across our three communities are absolutely free of charge for residents. 

Today we meet Luskville's Chantal Dahan who will be teaching printmaking in Breckenridge on Saturday, October 20th.

Free art classes for the municipality: meet the teachers

Catégories: 

par: 

Kate Aley


Thanks to the generosty of the Municipality of Pontiac, four art classes are being offered to our community, absolutely free of charge. Details of the classes can be found in your fall activities bulletin, delivered in your mail box last week. Pontiac2020.ca interviewed the four teachers to find out more about the classes and the artists.

A Tale of Two Approaches

Catégories: 

par: 

Sheila McCrindle and Kevin Brady

See Also: When you live in a place without curbs, does it make sense to have ‘curbside’ collection of compost?

The MRC des Collines de Gatineau is comprised of 7 municipalities. The smallest Notre-Dame-de-la-Salette is small enough to be exempt from complying with the Provincial Residuals Strategy. The two most densely populated, Cantley and Chelsea, have respectively 83 and 60 people per square kilometre. These two municipalities also have the highest median household income by a considerable margin.

When you live in a place without curbs, does it make sense to have ‘curbside’ collection of compost?

Catégories: 

par: 

Sheila McCrindle and Kevin Brady


Image: Wikimedia Commons

The Québec residual materials management strategy includes a progressive reduction and eventually a “ban” of organic material from municipal landfills by 2020.  Municipalities who comply with the policy are eligible for funding to help offset the costs.   The Municipality of Pontiac has responded by passing a resolution to initiate door to door collection with costs paid for by the residents. 

Pages