Un nouveau groupe de marcheurs

Catégories: 

par: 

Kate Aley

traduction: 

Guy Faubert

Sur la photo: l'infirmière Katie Taylor a lacé ses espadrilles et est maintenant prête à prendre la route.

Maintes études médicales ont prouvé que faire de l'exercice régulièrement serait bénéfique pour la santé et la mobilité.  Maintenant, le Pontiac a une autre opportunité de se mettre debout et de participer.  Les Marcheurs du Pontiac (MP) est une nouvelle initiative créée par le Groupe de médecine familiale (GMF) de Shawville pour encourager la population à prendre des marches régulièrement. 

L'infirmière Katie Taylor est la facilitatrice pour Quyon. Elle explique que la marche est une forme d'activité de premier ordre, spécialement pour des objectifs de santé à long terme.

`Nous suivons des personnes avec conditions chroniques comme de la haute pression, un taux de cholestérol élevé ou du diabète.  La marche est un exercice facile pour ces gens qui en voient les bénéfices.  Ils dorment mieux, ont un meilleur taux de glucose et leur taux de cholestérol est amélioré.`

Mme Taylor explique que Santé Canada recommande de faire un minimum de 150 minutes d'exercice par semaine. 

"Idéalement, nous encourageons les gens à commencer à marcher trois fois par semaine en espérant que chacun prendra l'initiative d'augmenter la cadence".  Et de continuer "La réponse de la population a été très bonne pour seulement trois semaines d'existence."

Les sessions de marches pour les MP se font sur un circuit facile de trente minutes. "Nous prenons le chemin jusqu'à l'école primaire Onslow puis nous revenons.  Nous faisons aussi un circuit vers la rivière."   Et si le terrain le permet, nous marchons autour de la piste située dans le parc sur le chemin du Ferry".  Nos objectifs ne sont pas un certain nombre de kilomètres ou de donner des notes.  Si la réponse est bonne, nous formerons deux groupes de marcheurs de différents niveaux (vitesse).

Les MP continueront leur activité jusqu'en septembre et par la suite, elle sera évaluée d'après la réponse du public.  Mme Taylor espère que ce projet deviendra une activité annuelle et qu'en 2018, on recommencera aussitôt que nos trottoirs seront déneigés.  "Nous évaluerons si notre action a une influence positive et déciderons de la programmation pour l'année qui vient."

Mme Taylor a noté que les participants se sentent impliqués dans le groupe et que l'activité est aussi considérée pour faciliter le tissage de liens dans la communauté.

"Les gens viennent marcher en groupe, juste parler de température ou parler de leurs plantes." C'est une forme de socialisation et ça agit donc sur deux niveaux.  Il y a une sorte de motivation supplémentaire au fait que ce soit une activité sociale et il y a une sorte de responsabilisation aussi."

Mme Taylor ajoute que les infirmières qui choisissent la marche trouvent productif le temps hors de leurs bureaux , ce qui a aussi un impact sur la santé.

"Une infirmière surveille le taux de sucre dans le sang avant et après la marche et serait en mesure de voir des effets positifs dans le sang". Elle note qu'il serait aussi facile pour nous de faire la même chose avec une prise de sang par le doigt.  Cela peut devenir une vérification-santé à chaque semaine.  Les personnes peuvent aussi se faire peser à chaque semaine s'ils le désirent.

Ces marches sont issues du CLSC et le projet est une initiative du Groupe de médecine familiale (GMF) et non pas du CISSSO de Pontiac.

Cette année nous avons quatre  groupes de MP.  Les places sont limitées là où on a des infirmières de disponibles.  Il y a aussi des marches à Fort Coulonges les jeudis à 10h, à Shawville les mercredi à 9h et à Otter Lake les mardis à 9h30.

Les participants de Quyon sont encouragés à venir s'enregistrer au CLSC de Quyon sur la rue Clarendon en face de l'hôtel Gavan afin de recevoir une évaluation.  Les personnes de tout âge sont bienvenues.  Nous demandons aux marcheurs d'apporter un chapeau, de la crème solaire, de l'eau et des souliers de marche.

"Les personnes n'ont qu'à se présenter les jeudis à 9h."

Pour de plus amples informations sur les marches de Pontiac appelez au CLSC  de Quyon ,819-458-2848

 

 

Nos autres nouvelles / Our other News

Perfect waste management

Catégories: 

par: 

Sheila McCrindle

There is an old saying among environmentalist “Don’t let the perfect be the enemy of the good.”  This applies whenever solutions to environmental problems are being devised. Especially solutions involving human behaviour.  It means that just because a solution is not perfect does not mean it is not good.  Dealing with household organic waste is just such an example.

Free art classes: meet the teachers part 3

Catégories: 

par: 

Kate Aley


Get Art teacher Tanya McCormick, wearing some of her unique copper jewelry

Believe it or not, all of us have a naturally creative streak and these free art classes, hosted by the Municipality of Pontiac, are the perfect opportunity to dig into it. Next in our roster of Get Art teachers is Tanya McCormick who will be teaching on Saturday, October 27th at the Luskville Community Centre.

Free art classes: meet the teachers part 2

Catégories: 

par: 

Kate Aley

Get Art, the travelling art school based in the Pontiac, is fortunate to be able to offer all-ages classes again this year. Thanks to funding from the Municipality of Pontiac, the four classes across our three communities are absolutely free of charge for residents. 

Today we meet Luskville's Chantal Dahan who will be teaching printmaking in Breckenridge on Saturday, October 20th.

Free art classes for the municipality: meet the teachers

Catégories: 

par: 

Kate Aley


Thanks to the generosty of the Municipality of Pontiac, four art classes are being offered to our community, absolutely free of charge. Details of the classes can be found in your fall activities bulletin, delivered in your mail box last week. Pontiac2020.ca interviewed the four teachers to find out more about the classes and the artists.

A Tale of Two Approaches

Catégories: 

par: 

Sheila McCrindle and Kevin Brady

See Also: When you live in a place without curbs, does it make sense to have ‘curbside’ collection of compost?

The MRC des Collines de Gatineau is comprised of 7 municipalities. The smallest Notre-Dame-de-la-Salette is small enough to be exempt from complying with the Provincial Residuals Strategy. The two most densely populated, Cantley and Chelsea, have respectively 83 and 60 people per square kilometre. These two municipalities also have the highest median household income by a considerable margin.

When you live in a place without curbs, does it make sense to have ‘curbside’ collection of compost?

Catégories: 

par: 

Sheila McCrindle and Kevin Brady


Image: Wikimedia Commons

The Québec residual materials management strategy includes a progressive reduction and eventually a “ban” of organic material from municipal landfills by 2020.  Municipalities who comply with the policy are eligible for funding to help offset the costs.   The Municipality of Pontiac has responded by passing a resolution to initiate door to door collection with costs paid for by the residents. 

Pages