Le 12e conseil de la municipalité de Pontiac se met au travail

Catégories: 

par: 

Thomas Souliére

LUSKVILLE - Le douzième Conseil élu à Pontiac a tenu sa première réunion publique mardi avec beaucoup de nouveaux visages​ à la suite des élections municipales du 5 novembre.​

  Depuis son arrivée au pouvoir, il s'agit de la troisième réunion de la nouvelle équipe: soit une réunion spéciale le 14 novembre, une réunion du caucus pour préparer leur première réunion régulière, et la réunion publique mardi soir.

L'année 2017 a été particulièrement difficile pour les résidents de la municipalité de Pontiac. Après un hiver qui a vu beaucoup de neige, Pontiac a été frappée par des inondations printanières sans précédent qui ont affecté les résidents le long de la rivière des Outaouais.  Cela a été suivi par​ de fortes pluies en octobre qui ont causé plus d'inondations.  Avec tout cela, le nouveau Conseil s'est trouvé immédiatement au travail.

Le 14 novembre, neuf jours après son élection, le nouveau conseil s'est réuni pour faire face à une situation sur la chemin Alary.

La pluie provenant des collines du parc de la Gatineau avait débordé d'un ponceau sur le chemin Alary qui drainait l'eau. Avec l'approche de l'hiver, le Conseil a dû agir rapidement. Poursuivant la planification entamée au printemps dernier par l'administration précédente pour réparer ce ponceau défectueux et profiter de l'aide financière du ministère de la Sécurité publique, le nouveau conseil de Pontiac a tenu une réunion spéciale pour régler le problème sur le chemin Alary.

Le Conseil a voté pour procéder à des appels d'offres pour les travaux, en prévoyant un maximum de 145 000 $ pour les réparations, à prélever sur le surplus accumulé, alors que l'aide financière de la province pourrait être déterminée.

Mardi soir, la mairesse élue Mme Joanne Labadie a tenu sa première rencontre publique soulignant le désir du nouveau Conseil d'être ouvert et de répondre aux préoccupations des citoyens de la municipalité de Pontiac. Pendant la période de questions, une bénévole communautaire et résidente, Mme Diane Lacasse, a soulevé la question de «piètre condition​» de l'établissement le plus important au Pontiac: le Centre communautaire de Luskville, connu aussi sous le nom d'Édifice Marcel Lavigne.


Les plaintes de Mme Lacasse étaient nombreuses: citant le délabrement général du bâtiment, ainsi que l'état des salles de bain comme une source de honte lorsque les visiteurs se rendent au centre communautaire. "Je ferais pas de mariage ici​", a déclaré Mme Lacasse au Conseil. «Moi j'avais honte dimanche la voir des personnes de l'extérieur qui exposais des chose puis y regardez la salle, pis je vous dire, c'etais dégueulasse»​, ajoute Mme Lacasse.

Lacasse a également parlé de l'état dans lequel la cuisine est laissée pour les utilisateurs entrants qui ont besoin des installations. «Il faut de le laver avant de l'utiliser​», a souligné Mme Lacasse. Elle a ajouté qu'elle avait déjà suggéré que la cuisine soit verrouillée et qu'une liste de tous ceux qui utilisent la cuisine soit conservée pour établir qui est responsable du nettoyage.

Elle a également parlé de la question de l'état du chemin Westbrook comme étant «pas carrossable​» après beaucoup de pluie. Elle a poursuivi en disant qu'il est très dangereux pour les résidents le long de la route pendant les heures de pointe du matin et de l'après-midi, car les conducteurs passent à très grande vitesse. «Je vous dire, moi je vais jamais chercher mes journaux le matin avant 9 h 30 pour pas me faire éclabousser par une auto.» Bien que la vitesse soit limitée à 50 km / h, l'artère principale entre le chemin Steel et la route 148 ne fait l'objet d'aucun contrôle, selon Mme Lacasse.

La mairesse Labadie répond qu'elle a consulté le personnel municipal sur la situation des routes nécessitant des réparations urgentes ainsi que sur les problèmes avec les salles de bain du centre communautaire. «Ç'est sûr qu'on a un plan de travail [que] ont vas faire cette hiver.  Ons vas commencer avec l'entrepreneur pour faire certain que c'est bien propre​ [et réparées.]» La mairesse a ajouté qu'elle aimait l'idée de Mme Lacasse de gérer les utilisateurs de cuisine.  «Peut-être c'est quelque chose qu'on peut regarder.  Il y a beaucoup de gens qui l'utilise, c'est certaine que faut que ca ce propre pour les prochains», offre la mairesse.

Le maire a cédé les questions concernant le chemin Westbrook au directeur général Benedikt Kuhn, qui a expliqué que, dans de nombreux cas, la dégradation rapide des routes est liée aux problèmes de drainage. «Cette année c'était une annee tres mauvais pour l'ensemble des routes.  Je le sais qu'on a eu plusieur plainte pour le chemin Westbrook, et on as porter attention.» Cependant, avec seulement quelques niveleuses disponibles, le nombre de routes à réparer a considérablement augmenté en conséquence de les inondations récemment. De plus, de nombreuses routes de la municipalité nécessiteront des travaux pour reconstruire leurs fondations afin de résoudre les problèmes de longue date. Compte tenu du nombre de routes à réparer, il peut y avoir des retards importants avant que le travail ne puisse commencer sur certaines chemins.

Ensuite, Sue Birt, résidente et trésorière du FRAPP a soulevé la question des chemins de tolérance, un problème récurrent dans la municipalité. «Depuis 1994, la Municipalité a soutenu les chemins de tolérance d'une manière ou d'une autre, et j'aimerais inviter le Conseil à s'engager avec les gens qui vivent sur ces chemins de tolérance, aussi bien que le FRAPP, et les associations. Nous aimerions vraiment discuter de cette situation avec vous et peut-être vous donner le contexte de nos dossiers, et voir comment nous pouvons aller de l'avant de façon holistique pour ce qui est bon pour le conseil et la municipalité et les gens qui vivent sur ces chemins.»  Mme Birt a conclu en demandant s'il serait possible de rencontrer avec le Conseil.

«Absolument», a répondu le mairesse Labadie. «La plupart d'entre nous ont été informés sur de nombreuses questions concernant les chemins de tolérance et la situation actuelle. Pour cette année, je pense que nous allons simplement maintenir le statu quo jusqu'à ce que nous examinions la question entièrement. Le gouvernement provincial n'est pas satisfait de la façon dont la municipalité a traité ce problème auparavant, alors nous devons envisager une nouvelle approche sur la façon dont nous traitons les [chemins de tolérance] et nous ne pouvons le faire qu'avec vous.»

Pour terminer la période de questions, Carol Carpentier du quartier 6 a soulevé la question de l'accès à la rivière dans le projet McKay. Depuis cinq ans, les résidents du secteur cherchent une solution au problème afin d'avoir un accès adéquat et sécuritaire à la rivière des Outaouais. M. Carpentier fait remarquer que la pente au bout de la route McKay est en très mauvais état. (Ce paragraphe était absent de la publication originale -Éditeur)

Le maire répond qu'elle a parlé au directeur général des problèmes avec la route McKay et d'autres endroits similaires. «Je voudrais visiter l'endroit avec vous», a offert Labadie, «[pour mieux voir la situation.]»

Dans le cadre des affaires courantes du Conseil, le Conseil a approuvé un transfert budgétaire de 474 563 $ ainsi que 162 076,78 $ pour payer les factures et payer la liste des dépenses fixes de 1 723 964,80 $. Le Conseil a voté à l'unanimité la modification du montant des dépenses pour le mois de novembre à 54 750,26 $ *, après avoir voté pour accepter une recommandation du département des Travaux publics de remplacer au lieu de réparer la vieille sableuse utilisée en hiver sur les surfaces des stationnements municipaux. Le coût est d'un peu plus de 9 000 $ pour le nouvel équipement.

Poursuivant son soutien au Centre familial de Quyon, le Conseil a voté pour payer les frais d'un conteneur à déchets de deux verges pour une période d'un an et a demandé au Centre familial d'ajuster la prochaine demande de soutien au Programme de reconnaissance organisationnelle pour tenir compte du coût de la location de conteneurs. Il a également exhorté le Centre de la famille à poursuivre ses efforts de sensibilisation et à continuer de chercher des solutions pour réduire le volume de déchets destinés aux dépotoirs.

Le conseil a approuvé l'achat de sept propriétés dans la municipalité qui, suite à l'inondation du printemps, avait perdu la capacité de reconstruire sur le terrain. Pour la somme nominale de un dollar par bien, la municipalité prendra possession du terrain, à la demande du ministère de la Sécurité publique, afin que les anciens propriétaires de ces propriétés puissent être admissibles à des subventions provinciales pour indemniser les propriétaires incapables de reconstruire.

Un surplus affectés a été créé et approuvé pour trois projets en cours, soit la remise en état du réseau routier, la construction du nouveau centre communautaire de Quyon et le pavage du projet Lusk; Puisque les règlements d'emprunt n'ont pas encore été contractés et que les paiements d'intérêts qui ne sont pas encore échus ont déjà été budgétisés en 2017, la municipalité fait simplement avancer l'argent pour payer les factures prévues en 2018. Le surplus attribué à la route le réseau est de 50 000 $; pour le centre communautaire de Quyon, 37 500 $; et 9 308 $ pour l'asphaltage du projet Lusk.

Le directeur général, Benedikt Kuhn, a expliqué: «Nous devons procéder de la sorte parce que lorsque nous contractons un règlement d'emprunt, les services doivent aller à ceux qui ont été taxés, donc nous ne pouvons pas simplement retourner l'argent dans le surplus général​.»

Le Conseil a également approuvé l'allocation de transition pour les maires sortants versée en deux paiements au maire sortant, Roger Larose, tel que prévu dans le règlement 04-90.

De plus, le conseil a accepté la recommandation des promoteurs du projet du Domaine des Chutes de nommer la nouvelle route reliant le chemin de l'Hôtel de Ville, chemin de l'Aventure.

En ce qui concerne les travaux publics, le Conseil a approuvé des coûts supplémentaires de 30 000 $ pour les travaux du phase 2 lot 1 de chemin de la Montangne . La cause du coût additionnel était la présence de beaucoup plus de roche que ce qui était détectable. Au départ, il était estimé à 210 mètres cubes, mais il est maintenant estimé à 650 mètres cubes, car la roche additionnelle était indétectable au moment des essais.

Le Conseil a accordé à L'Association Des Motoneigistes De Pontiac​ une demande d'accès limité sur l'ancien terrain du Quyon Ensemble sur la rue Ferry ainsi que l'affichage de panneaux de signalisation dans plusieurs endroits de la municipalité le long de la piste de motoneige.

Une initiative visant à établir un observatoire dans la municipalité de Pontiac par l'Observatoire Pontiac a été stimulée par la municipalité lorsque le conseil précédent a adopté la motion 16-12-3007 pour aider à acheter, jusqu'à concurrence de 5 000 $, une partie de l'équipement nécessaire au lancement l'observatoire conditionnel à la participation d'autres partenaires identifiés par l'Observatoire Pontiac. Ces partenaires comprennent le CLD des Collins, la Commission de la capitale nationale, la Caisse des Collines-de-l'Outaouais et la municipalité de Pontiac. De plus, le nouveau Conseil a décidé mardi d'étendre sa couverture d'assurance municipale à l'Observatoire Pontiac pour la responsabilité civile, les administrateurs et les intervenants en matière de responsabilité civile et de protection couvrant la propriété pour une période de trois ans.

Le Conseil a également approuvé une motion visant à prolonger jusqu'en 2018 les contrats actuels d'entretien des patinoires pour les patinoires des parcs Luskville et Soulière-Davis afin d'assurer la continuité du service. Depuis que la municipalité a récemment repris la patinoire à Quyon, elle a conclu une entente de gré à gré avec Quyon Sports and Rec pour cette saison, mais la municipalité est ouverte aux propositions des organismes locaux à but non lucratif.

Avec le dépôt de divers rapports et correspondance, le nouveau Conseil a conclu son premier tour de table lors de sa première réunion publique.

La prochaine réunion du conseil aura lieu à l'édifice Marcel Lavigne du Centre communautaire de Luskville situé au 2024, route 148, à 19 h 30, le 12 décembre 2017.


* Le montant des dépenses de novembre a été déclaré à la réunion du 21 novembre 2017 comme étant 57 634,63 $, mais ce chiffre était en faute. Sur confirmation du chef des communications de Pontiac et du sous-directeur général et secrétaire-trésorier adjoint par intérim, Dominic Labrie, le montant exact est de 54 760,26 $. La différence est due au fait que le coût de la réparation projetée n'a pas été soustrait du total avant d'ajouter le coût de la nouvelle sableuse.

Nos autres nouvelles / Our other News

The beginning of everything: "Origins" watercolour show opens

Catégories: 

par: 

Kate Aley

You are invited to an extraordinarily moving exhibition of new work by renowned Luskville painter, Ruby Ewen.

Entirely painted in watercolour, the pieces immerse the viewer into multiple magical realms of creationism, imagination and classic myth.

Show runs: Friday, June 22 (opening event, 6 -- 8 p.m.) to July 22, 2018

Site: Stone School Gallery, 28 Mill St., Portage du Fort.

Cooking meets trucking at new restaurant

Catégories: 

par: 

Kate Aley

After two years of extensive renovations, Au Coin du Camionneur, also known as Trucker's Corner, opened in Luskville on Sunday June 17. 

Owners Benoit Galipeau and Robert Bergeron have completely reconfigured the building at the corner of the Eardley-Masham Road and Highway 148. New lighting, comfortable seating and large windows that open onto a breezy patio create an inviting ambience.

Building a new future for Pontiac with slaughterhouse project

Catégories: 

par: 

Kate Aley

After five years of planning, construction has now started on the Les Abattoir les Viandes du Pontiac. Set on five acres on the outskirts of Shawville, the slaughterhouse is the brainchild of Quyon entrepreneur Alain Lauzon and three partners, Sofian Elktrousie, Ibrama Diagne and promoter Gilles Langlois.

“We are aiming to be open by end of October,” said Lauzon last week, as he watched forms being set for more concrete to be poured.

Turtle S.O.S.: Save Our Shells!

Catégories: 

Trouble in paradise.

It's June and that means those crazy turtles are once again roaming dirt side roads and busy highways alike; intent on finding mates, water and good nesting places as they have always done, paying no mind to the deadly wheels zooming past. I stop for a lot of turtles at this time of the year and so far we have all lived to fight another day. However I have never seen a turtle stuck in the bone-dry and baking-hot rink at the Luskville Community Centre before. Bad turtle terrain for sure.

Open letter to the Municipality of Pontiac recognizing the work of our municipal firefighters

Catégories: 

par: 

Sandra Barber

To whom it may concern:

Re: Recognition of volunteer Firefighters

While sitting at our dining table enjoying our first coffee of the day on Sunday, May 20 at 6 a.m., my husband and I both heard a very loud “thunk” and wondered what the heck it was. Curiosity motivated my husband to investigate further; he checked our basement, nothing amiss. Checked the living room located on a lower level, noticed a man sitting outside on the guard rail.

Kickin' it: Pontiac youth get into soccer

Catégories: 

par: 

Kate Aley

Some might say that young people are glued to their screens all day and all night. But that's harder to say when so many bright young people are running, kicking, playing and laughing in Luskville every Monday evening.
Community soccer classes started up on Tuesday, May 1st at the Luskville Recreational Park. The two- to four year-olds play in the softball field. The older group, aged five and up, play on the soccer field to the north.

How do rural communities comply with Quebec's Organic Strategy?

Catégories: 

par: 

Kevin Brady

Current Situation:

The Québec residual materials management strategy includes a progressive reduction and an eventual a 'ban' of organic material from municipal landfills by 2020. Municipalities that comply with the policy are eligible for funding to help offset the costs. As with the Municipality of Pontiac, many municipalities have chosen to pass resolutions to initiate door-to-door collection, with costs paid for by the residents.

Get ready, get set, get out: disaster preparedness in a bag

Catégories: 

par: 

Kate Aley

Remember this?

As the Pontiac watches epic levels of flooding in both New Brunswick and B.C. and considers our own possible return to inundation, it's time to let paranoia rear its helpful head and get ready to get out of the house. The concept behind having a so-called Go Bag is to have ready everything you might need to survive, out-of-doors, for about 72 hours... until help arrives or the zombies get you.

Pages